Donald Trump soutient Jim Jordan pour présider la Chambre des représentants

L’ancien président américain Donald Trump a apporté, vendredi 6 octobre, son soutien au républicain Jim Jordan, membre de la droite dure, pour présider la Chambre des représentants, après avoir évoqué l’idée d’occuper lui-même ce poste temporairement.

Le président républicain de la Chambre, Kevin McCarthy, avait été évincé mardi lors d’un vote historique au Congrès, victime de querelles fratricides au sein de son parti à la suite d’une rébellion d’élus trumpistes. Lors d’un débat suivi d’un vote inédit depuis plus d’un siècle dans l’histoire parlementaire américaine, 216 élus, dont 208 démocrates et 8 républicains, ont voté pour son éviction.

Jim Jordan « sera un GRAND président de la Chambre et a mon soutien total et complet », a écrit M. Trump sur son réseau Truth Social.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, l’aide à l’Ukraine fait les frais d’un accord in extremis au Congrès sur son financement

Scepticisme envers l’aide américaine à l’Ukraine

Le nom de Jim Jordan, 59 ans, connu pour son scepticisme envers l’aide américaine à l’Ukraine, fait partie de ceux qui circulent avec insistance pour succéder à Kevin McCarthy. Jim Jordan a également été l’un des instigateurs de l’enquête en destitution lancée contre le président démocrate, Joe Biden, une procédure qui a irrité nombre de ses collègues du courant dominant républicain.

Quelques heures auparavant, Donald Trump avait évoqué sur Fox News l’idée d’assumer lui-même la fonction de speaker pour un temps. « On m’a demandé de parler en tant qu’unificateur parce que j’ai tant d’amis au Congrès S’ils ne parviennent pas à remporter le vote, ils m’ont demandé si j’envisagerais de prendre la présidence jusqu’à ce qu’ils trouvent quelqu’un pour le long terme, puisque je me présente à la présidentielle », avait-il déclaré.

L’ancienne représentante républicaine Barbara Comstock avait alors déclaré à CNN que M. Trump n’était pas éligible à ce poste parce qu’il faisait l’objet d’inculpations au pénal. « Malheureusement il ne connaît pas les règles de la Chambre, qui stipulent que vous ne pouvez la diriger si vous êtes inculpé », a-t-elle dit.

Premier ex-président des Etats-Unis à être inculpé au pénal

M. Trump, favori des républicains pour la présidentielle de 2024, doit être jugé à partir de mars à Washington. Il est accusé d’avoir manœuvré pour tenter d’inverser le résultat de l’élection de 2020, qu’il a perdue face au démocrate Joe Biden.

Donald Trump, premier ancien président des Etats-Unis à être inculpé au pénal, est également poursuivi en Géorgie pour avoir tenté de manipuler l’élection de 2020, ainsi qu’à New York dans une affaire de fraudes comptables présumées liées à des paiements pour acheter le silence d’une actrice de films pornograhiques.

Il doit également être jugé en mai 2024 en Floride, où il est accusé de gestion négligente de documents confidentiels après son départ de la Maison Blanche.

M. Trump, avec ses deux fils Eric Trump et Donald Trump Jr, fait, en outre, l’objet d’un procès au civil à New York pour fraudes sur la valeur de ses actifs immobiliers.

Lire aussi : Donald Trump : les quatre enquêtes judiciaires qui menacent l’ex-président américain

Le Monde avec AFP

You may also like...