Le Tour de France, esta gran reunión familiar

Chaque matin depuis le 1em juillet et le grand départ du Tour de France à Bilbao, dans le Pays basque espagnol, Olivier Paret-Peintre a «ritual». All juste levé, il send a message à son fils. «Il ne répond pas toujours, mais je ne lui demande pas de le faire, je sais qu’il en reçoit beaucoup. Il ya sa sœur, ses oncles, ses tantis, ses grands-mères… »égrène-t-il, devant le car de l’équipe AG2R-Citroën pour laquelle Aurélien, 27 ans, court depuis 2018.

Samedi 15 de julio, le coup d’envoi de la 14Y étape est donné depuis Annemasse (Alta Saboya), le feef de la famille. « Il faut avoir beaucoup de chance pour que le Tour de France vienne dans notre ville, alors, quand c’est le cas et qu’en plus on a notre enfant au départ, c’est extraordinaire »poursuit le père Paret-Peintre.

Chapeau de paille sur la tête, quotidien El equipo – destiné à son fils – calé sous le bras, the garde un œil sur le rideau barant la porte d’entrée du bus de l’équipe pour proteger l’intimité des coureurs et le secret du briefing d’avant-course. Pas question de manquer la sortie du fiston, qui va bientôt devoir se plier au ritual de la signature, ce moment durant lequel tous les participantes du Tour émargent antes de prendre le départ de chaque étape. L’occasion de lui faire une bise, et de lui glisser quelques mots d’encouragement.

Lea también: Artículo reservado para nosotros los suscriptores. Tour de Francia 2023: Jonas Vingegaard y Tadej Pogacar se marquent, Wout Poels se démarque

Rémy Turgis, él también, aime bien addresser avant la course quelques SMS à Anthony, 29 ans, qui disputa le Tour sous les couleurs de TotalEnergies. « On fait en sorte de ne pas trop l’embêter. En l’appelle environ deux fois par week », glisse-t-il. Avant de reconnaître que, quand son fils a reçu le Prix de la combativité pour la première fois, à l’issue de la 8Y étape, le 8 juillet, son téléphone a sans doute un peu chauffé… «Le côté famille, tous les coureurs aiment ça, historia Anthony Turgis. Un petit coucou, tres frases quatre échangées, ça ressource, ça sort un peu du contexte. »

Doble lauréat de l’épreuve, Tadej Pogacar ne le contredira pas. Au gré des entrevistas, el esloveno rappelle à l’envi à quel point la présence de ses proches, notamment en bord de route, le motive. Cette année encore, ses parents Marjeta et Mirko, coltaés de la plus jeune de leurs quatre enfants, Vita, sillonnent l’Hexagone en camper pour suivre au plus près les prouesses de l’actuel deuxième duclassement général. Il ne s’agirait pas de rééditer le petit loupé de 2020, où ils avaient fait l’impasse sur le Tour… antes de regresar a París à la hâte para asistir a la premier sacre de Tadej.

Il vous reste 60,96% de cet article à lire. La suite está reservada para suscriptores.

You may also like...