D’où vient l’homophobie dans le milieu du football ? Comprendre en trois minutes

Des propos homophobes du milieu de terrain messin Kévin N’Doram, le 18 août, ont provoqué l’indignation et lui vaudront peut-être des sanctions. En colère après un début de match raté contre l’Olympique de Marseille, il a déclaré à la pause, au micro de Prime Video, que les joueurs de son équipe jouaient « comme des tapettes ». Il s’en est excusé le soir même, expliquant avoir parlé sous le coup de l’énervement. Le mal était pourtant fait, et pourrait, par ailleurs, lui coûter une suspension pour plusieurs matchs.

Que ce soit à cause de paroles prononcées par des joueurs ou de chants de supporteurs, le problème de l’homophobie est encore prégnant dans l’univers du football. Il mène d’ailleurs régulièrement à des interruptions de match. Ce fut le cas le 24 août 2019, lors de la rencontre de Ligue 1 Brest-Reims, ou, plus récemment, le 15 janvier 2023, durant le match Montpellier-Nantes. Le football n’a pas, semble-t-il, réglé son problème d’homophobie. Pourquoi ? Où ce phénomène prend-il ses racines ? Pour y répondre, dans cette vidéo, nous interrogeons Philippe Liotard, sociologue du sport.

Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, nous vous invitons à lire l’entretien ci-dessous.

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

You may also like...